Sewef (SCP-100)
notation: 0+x
1YBBZ.png

Devanture de SCP-100

Objet # : SCP-100
Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-100 doit avoir six (6) gardes patrouillant à l'intérieur du périmètre sécurité, et deux (2) gardes dédiés à la surveillance de l'intérieur et de l'extérieur des entrepôts et du bâtiment résidentiel, avec des rotations toutes les trois (3) heures. Tout personnel non autorisé trouvé à l'intérieur de SCP-100 doit être retenu pour interrogatoire, avant administration d'amnésiques et libération.

Trois (3) gardes doivent rester dans la vitrine de SCP-100, avec rotation toutes les huit (8) heures. L'entrée frontale du magasin doit rester fermée à tout moment, et les clés fournies au personnel déployé. Des panneaux 'Propriété Privée' et 'Défense d'entrer' doivent être placés devant le magasin pour empêcher tout conducteur de véhicule de s'arrêter devant SCP-100.

Toute construction de SCP-100-1 créées doivent être retirées de SCP-100 et refondues en scories, à l'exception de SCP-100-2-A et SCP-100-2-B. Si SCP-100-1 devient non-coopératif, SCP-100-2-A et SCP-100-2-B doivent être retirés de SCP-100 jusqu'à ce que SCP-100-1 ne redevienne coopératif.

Le plus grand des deux (2) entrepôts à l'intérieur de SCP-100 a été réhabilité en centre de recherche basique. Tous les objets créés par SCP-100-1, à l'exception de SCP-100-2-A et SCP-100-2-B, peuvent être utilisés pour des recherches. Faire des essais sur SCP-100-1 lui-même ne peut être effectuée qu'avec la permission écrite du chercheur principal.

Description : SCP-100 est une casse abandonnée à quatre-vingt (80) kilomètres de █████████, Caroline du Sud, connue sous le nom du "Jubilé du Jardin de Joe le Jamaïcain". La casse couvre à peu près cinq mille (5 000) mètres carré de terrain clôturé, constitué de deux entrepôts, un magasin et un petit bâtiment résidentiel, ainsi que des hectares et hectares de terrain utilisés pour le stockage. SCP-100 contient environ mille cinq cents (1 500) véhicules, tous broyés et compressés, ainsi qu'à peu près mille quatre cents (1 400) kilogrammes de déchets éparses, d'une valeur estimée de 5 000$ (3 870€).

Les effets anormaux de SCP-100 se manifestent à travers SCP-100-1 et ses constructions, incluant SCP-100-2-A et SCP-100-2-B. Leur autonomie est perdue lorsque SCP-100-1 ou un de ses objets traversent le périmètre clôturé de SCP-100, et resteront dans cet état jusqu'à leur réintroduction.

SCP-100-1 est une construction autonome, sage et humanoïde constituée majoritairement de tuyaux en cuivre, câbles de cuivre non isolés, et conserves en aluminium. SCP-100-1 ne possède pas de moyen de communication écrite ou orale; cependant, il possède la capacité de communiquer en utilisant un langage des signes rudimentaire. SCP-100-1 est généralement désintéressé des conversations en dehors du marchandage, et les informations obtenues de lui sont limitées. SCP-100-1 semble avoir une habilité en artisanat, démontrant la capacité à utiliser des outils tels que les soudeurs à l'arc, les perceuses, et les scies mécaniques, ainsi que des machines lourdes telles qu'un compresseur de voiture et un élévateur à fourche.

SCP-100-1 possède la capacité de créer des objets autonomes similaires à lui-même, en utilisant les matériaux disponibles dans SCP-100. SCP-100-1 a tendance à créer quatre (4) animaux spécifiques - iguanes, crocodiles, tortues et flamants roses - toutefois, SCP-100-1 est connu pour avoir fabriqué d'autres espèces, comme des animaux domestiques. Pour maintenir leur conformité, SCP-100-1 a été autorisé à garder deux (2) objets, appelés SCP-100-2-A et SCP-100-2-B.

Dtddh.jpg

SCP-100-2-A etSCP-100-2-B patrouillant une réparation de clôture temporaire

SCP-100-2-A et SCP-100-2-B sont des constructions ressemblant superficiellement à des insectes, supposées créées par SCP-100, comme elles occupent SCP-100 depuis la découverte initiale de SCP-100. Les noms "Raymone" et "Beatrice" sont soudés au dos de SCP-100-2-A et SCP-100-2-B, respectivement. Il semblent fonctionner à la fois comme compagnons et comme gardes pour SCP-100, comme ils patrouillent le périmètre de SCP-100 sauf pendant les intervalles d’interaction avec SCP-100-1.

SCP-100-1 semble suivre un programme ritualiste, répétant les mêmes actions chaque jour.

  • De 0800 à 1500, SCP-100-1 entre dans le magasin de SCP-100, s'assoit de lui-même derrière un comptoir et essayant de marchander avec tout humain à l'intérieur du magasin. Occasionnellement, SCP-100-1 va retourner dehors prématurément pour des raisons inconnues.
  • De 1500 à 1600, SCP-100-1 interagi avec SCP-100-2-A et SCP-100-2-B, communicant en utilisant des gestes vagues avec ses mains et ses bras. Les interactions semblent consister en toilettage, réparation, et les activités ressemblent à 'Va Chercher' et 'Cache-cache'.
  • De 1600 à 2000, SCP-100-1 effectue des tâches variées, incluant l'inventaire des matériaux de SCP-100, nettoyer et entretenir des outils et la machinerie lourde, et laver les intérieurs et extérieurs des bâtiments présents dans SCP-100.
  • De 2000 à 0000, SCP-100-1 effectue ce qui est supposé être des actes de loisir, allant de la création de nouveaux objets, interagir avec SCP-100-2-A et SCP-100-2-B, patrouiller SCP-100.
  • De 0000 à 0800, SCP-100-1 entre dans le bâtiment résidentiel, où il est assit à un bureau pendant toute cette période.

A partir du moment où un humain entre dans le magasin de SCP-100 durant l'intervalle de temps où SCP-100-1 est assit derrière le comptoir, SCP-100-1 va essayer de marchander avec lui, en utilisant une variété de gestes pour communiquer. La plupart des tentatives de SCP-100-1 sont la vente de ferraille, présentés comme de sa propre création, ou des services de réparation, toutefois il est connu pour avoir acheté de la ferraille. Malgré l’incapacité de lire de SCO-100-1, il peut effectuer des opérations mathématiques basiques, comme démontrées par ses ventes.

Les ventes faites par SCP-100-1 sont généralement dotées d'un certain niveau d'injustice. SCP-100-1 est connu pour utiliser des échelles inexactes ainsi que des tas de ferraille imparfaits avec des métaux moins chers, et a démontré la connaissance de la zone d'effet de SCP-100, comme SCP-100-1 a vendu des constructions à plusieurs reprises, malgré la perte d'autonomie à l'extérieur de SCP-100. Les efforts menés pour confronter SCP-100-1 à propos des arnaques ont résultés en un mélange de désarroi et d'indifférence, avec un renvoi vers une pancarte accrochée au mur avec inscrit "Ni reprit, ni échangé!" en dépit de la réponse émotionnelle de SCP-100-1.

SCP-100 a été découvert le 11/09/76, à la suite de rapports décrivant d'étranges machines opérant depuis l'intérieur de la casse. Ces rumeurs ont été discrédités en tant que légendes urbaines, et un agent de la Fondation a été envoyé vers SCP-100 pour faire droit d'Ester jusqu'à ce que le confinement soit effectuer sous la couverture de la vente de la propriété. Un clôture en bois a été construite le long de l'ancien périmètre de SCP-100, une fenêtre teintée d'un côté a été installée dans le magasin, et une route nationale traverse maintenant la ville proche de █████████, redirigeant la majorité du trafic civil.

Addendum 100-A: Des enregistrements montrent que la propriété appartient à un certain "Joseph Duval", avec l'adresse mail partageant le même nom. Les compagnies utilitaires locales rapportent que la facturation s'est arrêté approximativement trois (3) mois avant la découverte de SCP-100, qui a été trouvé abandonné sauf par SCP-100-1, SCP-100-2-A, SCP-100-2-B, et quelques sculptures aviaires et canines présumées fabriquées par SCP-100-1. L'inspection initiale des bâtiments a révélé que le bâtiment résidentiel était surtout vide, avec comme seul signe des anciens occupants une note trouvée attachée à la porte du magasin. (voir Document 100-A)

Incident 100-A: Le06/03/05, SCP-100-1 créa un humanoïde, une construction autonome de dix (10) centimètres de haut, la première fois que SCP-100-1 l'a fait. Des efforts significatifs ont été faits dans cet objet comparé aux autres, avec de plus importants détails appliqués à lui, incluant des traits faciaux et "J.J" soudé à l'arrière, et de l'acier sans tache constituant la majorité de la construction. SCP-100-1 a placé l'objet sur le comptoir du magasin pour la durée de l'intervalle de son programme, les deux utilisant de vagues gestes pour, semble-t-il, communiquer l'un avec l'autre. A la suite de la confiscation de l'objet, SCP-100-1 resta assit dans le bâtiment résidentiel de SCP-100 pour un total de dix (10) jours.

Document 100-A: Le document suivant est une copie du mot retrouvé à la découverte de SCP-100.

PARTI MANGER, VOIR L'ASSISTANT –J.J.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License