Ryuden - SCP-(...)-FR - Au petit crayon rouge (Première tentative)

Objet : Au petit crayon rouge

Niveau de menace : Orange
Classe : Euclide

Procédure de confinement : En raison de sa nature et de sa position géographique, SCP-(…)-FR ne peut être déplacé. Afin d’observer tout événement pouvant entraîner une nouvelle manifestation de SCP-(…)-FR, celui-ci sera mis sous surveillance par des équipes de trois membres du personnel, selon des rotations de 48 heures.

Le dossier personnel de chaque membre de ces équipes devra être examiné avant de les choisir, suivi d’un entretien oral. Cette mesure a pour but d’écarter toute personnes ayant suivi ████████████████████████████████████████████████████████████████. Ces éléments sont des facteurs potentiels pour de nouvelles manifestations de SCP-(…)-FR.

Ces mesures de surveillances s’appliquent également pour SCP-(…)-FR-2, localisé à l’intérieur de SCP-(…)-FR.

Dans les cas de SCP-(…)-FR-3, 4, 5, 6 et 7, étant des instances de SCP-(…)-FR, ils devront tous être mis sous clés sur le Site-19, dans un casier sécurisé. Suite à l’incident (…)-FR-A lors de l’expérience menée sur SCP-(…)-FR-4 et SCP-(…)-FR-5, tout autre projet d’expérience sur les autres instances a été suspendu.

Le seul cas particulier est celui de SCP-(…)-FR-8, possédé par le Sujet 002 de l’expérience (…)-FR-A-1, et sous étroite surveillance.

Description : Il n’est pas évident de donner une description précise de SCP-(…)-FR, car il semble n’être observable dans sa véritable forme que sous certaines conditions. En tant normal, SCP-FR-(…) a l’apparence d’une ancienne librairie en ruine située sur l’actuelle Place ██████ de la ville de ██████, en France, sans enseigne apparente. Selon le témoignage de la dernière victime recensée encore en vie, le nom complet de l’établissement serait « Au petit crayon rouge », avec pour slogan « l’immortalité entre les doigts ».

Selon les restes de la façade, le style daterait au moins de la première partie du 19e siècle. Après une première enquête menée dans les locaux, un registre pour fournitures fut trouvé et ramené au QG de la Fondation sous le nom de SCP-(…)-FR-3, aucun autre objet ne fut trouvé.

Selon ce registre, la dernière entrée en date remontait au 1er janvier 1914. Et par la consultation de la première date trouvée, la librairie daterait au moins de 1830.

Depuis cette dernière date du 1er janvier 1914, la librairie ne semble avoir subi aucune modification structurelle au cours des 103 dernières années. La raison pour laquelle la libraire n’a pas été détruite ou rénovée est inconnue, alors même qu’elle est visible par tous sous sa forme actuelle. Néanmoins, après consultation des archives départementales, il n’est fait mention d’aucune librairie à cette adresse, de même dans les cadastres.

SCP-(…)-FR ne semblait pas, à première vue, démontrer d’un certain intérêt pour la Fondation, mais l’enquête menée fit suite à la consultation par une équipe de la Fondation en poste aux Etats-Unis d’un rapport de police américaine de New-York, daté du 14 août 2016. L’équipe en est venue à se pencher sur l’affaire après la diffusion au journal télévisé d’un fait divers.

Ce fait divers rapportait l’affaire d’un écrivain à succès, du nom de ██████, qui avait joint les secours suite à une grave blessure auto-infligée. La victime s’était tranchée elle-même la main droite sans aucune explication apparente.

L’intérêt de la Fondation s’est porté sur cette affaire à cause d’une phrase prononcée par la victime aux secours. En effet, pendant que les secours lui administraient les premiers soins, la victime aurait dit « Suis-je immortel ? ».

En collaboration avec les autorités américaines, la Fondation a pris en mains cette affaire, et par recoupements avec les services de police d’autres pays, deux autres affaires ont pu être liées à celle américaine : la première en France en 1955 avec ██████ et la seconde en Angleterre en 1990 avec ██████.

Ces deux affaires traitaient de la mort des deux victimes, elles aussi écrivains, retrouvées à leurs domiciles. Les rapports de police français et anglais ont tous deux conclut à un décès ████████████. Cependant, selon les rapports d’autopsies, il n’y avait pas d’entailles, de marques de coups, d’injections, ou de quelconque traumatisme constaté. Les deux enquêtes ont été classées sans suite.

L’interrogatoire de ██████, la dernière victime en date, ramenée dans les locaux sécurisés de la Fondation, et le rapport de l’expérience (…)-FR-A-1 ont apportés des précisions quand à la description de SCP-(…)-FR et son fonctionnement.

Au moment des faits, en 2012, ██████ était en France à ██████ pour des vacances. Le croisement des autres rapports et des données personnelles des autres victimes a démontré qu’elles avaient également passé du temps en France dans la ville de ██████ avant d’être retrouvées décédées.

Ainsi, à un moment ██████ est passé devant la libraire et s’est senti intensément « attiré » à l’intérieur qui, selon ses dires, était propre, avec une façade moderne. L’intérieur est apparemment de couleur claire et très épurée en mobilier, à l’exception de plusieurs rangées d’étagères, occupant la majorité de l’espace, et du comptoir au fond de la pièce.

Sur ces étagères étaient disposés plusieurs ouvrages à la couverture blanche et au titre en rouge. Les titres étaient visiblement divisés en deux catégories : la première commençant avec « Une vie par… » suivi du nom de l’auteur, et la seconde « Des pensées par… » également suivi du nom de l’auteur. Ces éléments concordent avec le rapport de l’expérience (…)-FR-A-1.

L’élément le plus important de SCP-(…)-FR tient dans la description du « libraire », désigné sous le nom de « l’homme au seul sourire » par ██████, identifié SCP-(…)-FR-2 par la Fondation. SCP-(…)-FR-2 est décrit comme un être humanoïde, de taille moyenne, portant un costume du 19e siècle, gilet foncé sans manche, chemise blanche, pantalon en toile marron clair.
Sa peau est d’une extrême blancheur, son visage est uniquement composé d’un large sourire dévoilant des dents jaunis, et à cela s’ajoute un nez sans narines soutenant une paire de lunettes rondes et noirs. La première phrase que SCP-(…)-FR-2 a prononcé quand la victime est entrée dans SCP-(…)-FR est : « bonjour, souhaitez-vous être immortel ? ». Ces éléments concordent également avec le rapport de l’expérience (…)A-1.

Grâce à ██████, d’autres éléments ont permis de mieux comprendre la nature de SCP-(…)-FR. Ainsi, dans les pièces à convictions des services de la police américaine, fut récupéré deux instances de SCP-(…)-FR, SCP-(…)-FR-4 et SCP-(…)-FR-5.

SCP-(…)-FR-4 a la forme d’un petit crayon à papier rouge tout à fait ordinaire, usé, et revêtant d’une grande importance selon les dires de ██████.
SCP-(…)-FR-4 et SCP-(…)-FR-5 sont à l’origine de l’incident (…)-FR-A qui a menée à un arrêt total de toutes expérimentations sur SCP-(…)-FR-4, SCP-(…)-FR-5, SCP-(…)-FR-6 et SCP-(…)-FR-7. En effet, SCP-(…)-FR-6 et SCP-(…)-FR-7 ont exactement la même apparence que SCP-(…)-FR-4. Ils ont été récupérés dans les pièces à conviction des deux autres affaires des écrivains décédés.

SCP-(…)-FR-5, quant à lui, a la forme d’un manuscrit visiblement inachevé, faisant à ce jour 150 pages, écrit avec une encre rouge ███████████████████████████████████████. Une première expérimentation menée sur SCP-(…)-FR-5, sous la forme d’une simple lecture du texte a conduit à l’incident (…)-FR-A, qui s’est conclu par ██████████████████████████.
Pour aller plus loin, un échantillon (la deuxième page de garde) de SCP-(…)-FR-5 a été soumis à l’action d’un briquet. S’il a été observé que le feu a bien pris sur la surface de l’échantillon, il n’a cependant laissé aucune marque de brûlure, l’échantillon est resté intact.

SCP-(…)-FR-5 est le seul de sa nature ayant été récupéré par la Fondation. Les rapports de police anglais et français concernant les deux autres victimes où ont été récupérés SCP-(…)-FR-6 et SCP-(…)-FR-7 ne faisaient mention d’aucun manuscrit inachevé à la manière de SCP-(…)-FR-5.

Historique : Grâce au témoignage de██████, les rapports de police américain, français et anglais, les données personnelles recueillis sur les victimes, et le compte-rendu de l’expérience décrit dans le rapport suite à l’incident (…)-FR-A-1, il a été possible d’établir une description du mode opératoire de SCP-(…)-FR par l’intermédiaire de SCP-(…)-FR-2.

Quand un « client », ████████████████████████████████████████████████████ (ce qui a mené aux mesures de sécurité pour la surveillance de SCP-(…)-FR)), passe devant SCP-(…)-FR, il est potentiellement attiré à l’intérieur. Cependant, il n’est pas formellement établi que cela soit systématique pour tous les clients de même condition.

Une fois à l’intérieur de SCP-(…)-FR, le client rentre en contact avec SCP-(…)-FR-2. Ce dernier pose alors la question : « bonjour, souhaitez-vous être immortel ? ». A partir de cet instant, si la réponse est « oui », ce que l’on peut désigner comme un « pacte » verbale est établi.
SCP-(…)-FR-2 demande alors au client de respecter certaines règles. Grâce à ce petit crayon rouge, le client va avoir la possibilité d’écrire un livre qui deviendra un best-seller, peut importe le type de livre. Ce premier succès procurera au client célébrité et richesse.

La seule condition conduisant au succès est que le client garde sur soi le petit crayon rouge en toute circonstance. Si cette condition est remplie, le prochain livre sera également un succès. Suite à ce deuxième livre, le pacte établit avec SCP-(…)-FR-2 exige que le troisième livre soit une autobiographie intitulé « Une vie par… », suivi du nom de l’auteur.
Si cette dernière règle est respectée, l’autobiographie sera également un succès. Cependant, par la suite, l’auteur va se sentir comme « possédé » par le petit crayon rouge qui va « l’obliger » à écrire un exemplaire manuscrit de son autobiographie. L’auteur sera alors pris d’une sorte de frénésie qui fait qu’il ne pourra pas s’arrêter d’écrire. Par ailleurs, « l’encre » utilisée pour écrire sera le propre sang de l’auteur.
Ce dernier continuera alors d’écrire jusqu’au mot « fin » et mourra, ██████.

Aucun exemplaire manuscrit de ce genre n’a été retrouvé dans les pièces à convictions et objets récupérés des logements des deux précédentes victimes. Ceci nous amène à conclure que ce type d’instance, une fois complétée, devait se retrouver sur les étagères de SCP-(…)-FR, d’une manière inconnue.

Ce schéma se confirme par le témoignage de ██████. L’exception ici est que cette victime a survécu, en se tranchant la main droite, ce qui nous a amené penser que ██████ a réussi à résister à « l’emprise » émanant des instances du type de SCP-(…)-FR-4, SCP-(…)-FR-6 et SCP-(…)-FR-7.

Mais grâce au rapport de police concernant la victime ██████, en 1990, un autre schéma menant au décès du « client » peut être établi. Selon ce rapport, ██████, avant sa mort, aurait connu l’échec après la publication de son deuxième livre. De nombreux témoins, et articles parus dans la presse à scandale, auraient déclarés avoir souvent vu ██████ se comporter de manière hystérique, semblant chercher quelque chose, en criant « Où est-il ?! Où est-il ?! ». Ces déclarations nous ont amené à penser que la règle concernant le petit crayon rouge n’a pas été respectée et que celui-ci fut perdu à un moment.
De plus, cela correspond à une période de décadence pour ██████, connaissant la dépression et avec une consommation importante d’alcool et de drogues.
Néanmoins, quand le corps de ██████ fut découvert, ledit petit crayon rouge était dans ses mains, mais aucun manuscrit n’a été retrouvé, s’étant vraisemblablement retrouvé dans les étagères de SCP-(…)-FR.
Mais au final, suite au décès de ██████, son livre intitulé « Des pensées par ██████ » est devenu un succès commercial à titre posthume.

Il est toutefois important de noter, que pour les trois victimes de SCP-(…)-FR, leur succès posthume n’a pas duré. En effet, afin de mieux les connaître, la Fondation a fait en sorte de se procurer un exemplaire de chaque livre écrit par chacune des victimes, mais à chaque fois, les ouvrages en question se sont révélés très difficiles à trouver, leur publication n’ayant continuée qu’entre trois et quatre années après le décès. Dans le cas de ██████ son décès étant récent, ses deux premiers livres ont pu être trouvés, mais pour les victimes précédentes, seul un livre ██████ a été trouvé. Le reste des ouvrages ne sont connus que par leur titre.

L’enquête sur SCP-(…)-FR n’a mené, à ce jour, qu’à la découverte de ces trois victimes sur les 103 dernières années, et nous ne sommes pas en mesure de savoir pourquoi le temps passé entre chaque cas fut si long. Nous ne pouvons que supposer que les victimes de SCP-(…)-FR sont plus nombreuses, depuis le début du 19e siècle jusqu’à nos jours, mais sans en connaître le nombre précis. L’enquête est à ce jour toujours en cours.

Extrait de l’interrogatoire supervisé par le docteur ██████, mené entre le 20 août et le 25 août 2016, de ██████ ; dernière victime connue à ce jour de SCP-(…)-FR (cet extrait se place durant la période où ██████ était encore en état de choc, avant de pouvoir donner des informations plus détaillées) :

Dc ██████ : ███, regardez-moi, respirez et dite-moi ce que vous avez vu dans cette librairie. Vous êtes entré, et qu’est-ce que vous avez ressenti ?
██████ : Son sourire…jaune…il souriait, immobile… avec ses dents jaunes et… et pas d’yeux…[le patient s’est mis à subitement crier] pas d’yeux !!

Avant de reprendre l’interrogatoire, le personnel médical injecta un calmant au patient.

Dc ██████ : ███, vous êtes en sécurité. Dites-moi ce que vous avez ressenti, cette…personne, vous a-t’elle paru hostile ? Agressive ?
██████ : [après un silence de quelques secondes, le patient a ralenti sa respiration pour parler calmement] Son large sourire, pas de réaction, il… il m’a simplement souri et…une voix calme… « Bonjour, souhaitez-vous être immortel ? »… ce sourire, disant tout, sans regard.
Dc ██████ : Et ensuite ? Avez-vous répondu tout de suite ?
██████ : Voulez-vous être immortel ?
Dc ██████ : ███, qu’avez-vous répondu ?
██████ : Voulez-vous être immortel ? Voulez-vous être immortel ?…. Voulez-vous être immortel ?! Son sourire ! J’avais le crayon, le petit crayon !! Voulez-vous être immortel !! OUI, JE LE VEUX, JE LE VEUX, JE VEUX TOUT !!!

Le patient s’est remis à crier et à s’agiter violemment, il a fallu l’intervention de deux membres de la sécurité pour le maîtriser. L’interrogatoire à été reconduit ultérieurement.

Rapport de l’incident (…)-FR-A suite à l’expérience menée sur SCP-(…)-4 :

Le 10 septembre 2016 à 8h00 du matin, sous la supervision du chercheur ██████, une première expérience a été approuvée sur SCP-(…)-FR-4 et SCP-(…)-FR-5. Entouré de deux assistants prenant des notes et filmant l’expérience, ██████ a sortie SCP-(…)-FR-4 et SCP-(…)-FR-5 du casier sécurisé et les a posé sur une table d’opération.

En premier lieu, ██████ a pris un cahier normal composé de pages blanches et a commencé à écrire son nom avec SCP-(…)-FR-5. Rien ne s’est produit.

Deuxième étape. ██████ a commencé à écrire des phrases plus longues, décrivant son métier et ses études. Rien ne s’est produit.

Troisième étape, ██████ est passé à l’examen de SCP-(…)-FR-5 en exécutant un simple exercice de lecture. Dans les deux minutes qui suivirent,██████ commença à se plaindre de faibles migraines qui sont devenus de plus en plus fortes au fil de la lecture, mais il ne pouvait pas s’arrêter.
██████ s’est ensuite plaint de douleurs à la poitrine, son rythme cardiaque a commencé à s’accélérer de manière inquiétante. Quatre minutes et trente secondes après le début de l’expérience sur SCP-(…)-FR-5, il a été observé que ██████ lisait de plus en plus vite et affichait une expression faciale semblable à la panique.
A cet instant, les deux assistants ont réagis en forçant ██████ à s’éloigner de SCP-(…)-FR-5 et l’ont fait sortir de la pièce. Une équipe médicale s’est rendue immédiatement sur place pour prendre en main ██████ et l’amener à l’infirmerie.

L’expérience était censée se terminer sur cette action. Cependant, c’est au moment où l’un des assistants de ██████ était sur le point de remettre SCP-(…)-FR-4 et SCP-(…)-FR-5 dans leur casier sécurisé que l’incident s’est produit.
En effet, l’assistant du nom d’██████ a été retrouvé en train de lire frénétiquement SCP-(…)-FR-5 et dans le même temps, il s’est littéralement « jeté » sur SCP- SCP-(…)-FR-4 et a commencé à écrire de manière automatique la suite du texte de SCP-(…)-FR-5. Le contenu du texte semblait assez chaotique, une compilation d'idées visiblement philosophiques assez incohérentes.
Le rythme de l’écriture d’██████ était très rapide et parallèlement à cela il affichait la même expression au moment de la lecture de SCP-FR-(…)-5 par ██████.
Face à cette situation, l’agent de sécurité en poste devant la salle d’expérimentation s’est précipité sur ██████ pour lui retirer SCP-(…)-FR-4 et SCP-(…)-FR-5. Cet agent de sécurité a été violemment repoussé. Il a fallu l’intervention urgente de deux autres agents de sécurité pour stopper ██████.

A la suite de cet incident, ██████ a été examiné et il a été constaté qu’il souffrait d’une importante perte de sang et de troubles psychologiques. A ce jour il ██████████████████ de la Fondation.

Il est à noter que, lors de l’incident, la caméra de surveillance a pu capter, pendant deux secondes, une image « brouillée » qui, après analyse, représentait vraisemblablement SCP-(…)-FR-2.

Compte-rendu de l’expérience (…)-FR-A-1, menée à partir du 10 octobre 2016 :
But de l’expérience :

1 – Entrer dans SCP-(…)-FR et obtenir une image claire de sa véritable apparence suite au témoignage de ██████ ; dernière victime connue de SCP-(…)-FR.

2 – Entrer en contact avec SCP-(…)-FR-2 et pouvoir établir de façon précise la nature et contenu du « pacte ».

3 – Déterminer précisément sur combien de temps le « pacte » s’étend et les risques qu’il peut occasionner.

Processus de l’expérience :
L’expérience doit procéder comme il suit :

  • Les sujets de l’expérience doivent arriver à faire parler SCP-(…)-FR-2 sur le dit « pacte » et l’amener à donner le plus de détails possible sur son fonctionnement. Pour ce faire, une mini-caméra sera intégrée à un bouton de leur chemise.
  • Si le « pacte » est conclu, le sujet sera mis en observation avec le matériel nécessaire afin d’observer le fonctionnement de ce « pacte », et sur combien de temps.
  • Afin d’observer avec plus de minutie les effets de l’étape précédente sur le sujet d’expérience, le matériel fourni pour écrire le livre sera retiré par périodes pour des durées variables, ceci afin d’observer les effets qu’un « arrêt » momentané du pacte pourrait occasionner.

Compte-rendu d’expérience :

Sujet 001 : Homme de race blanche, 30 ans, 1m72, 75kg. En bonne santé.

Début de l’expérience : 10 Octobre 2016.

Statut : ECHEC. Aucun contact enregistré, SCP-(…)-FR s’est montré comme il est constamment observé, une boutique en ruines.

Remarque : Suite à l’incident (…)-A, le choix du sujet suivant s’est fait après examen de son dossier personnel, notamment sur ses ██████.

Fin d’expérience : 10 Octobre 2016.

Sujet 002 : Homme de race blanche, 42 ans, 1m64, 88kg. En bonne santé.

Début de l’expérience : 20 Octobre 2016.

Statut : REUSSITE. Le contact a été établi avec SCP-(…)-FR-2 et un « pacte » a apparemment été passé avec succès. Une nouvelle instance, nommée SCP-FR-(…)-8 (un nouveau crayon rouge) a été récupérée.

Remarque : Six secondes après être entré dans SCP-(…)-FR, le contact visuel fut établi, avec une qualité faible, mais néanmoins suffisante, pour dresser un portait fidèle de l’apparence réelle de SCP-(…)-FR. L’image de SCP-(…)-FR-2 était néanmoins plus floue que le reste de la vidéo pour des raisons inconnues. Les données recueillies par le débriefing du sujet 002 ont été recoupées avec le témoignage de ██████.

Fin d’expérience : A ce jour, l’expérience est toujours en cours, pas de changement de comportements significatif observé. SCP-(…)-FR-8 est toujours en possession du Sujet 002, et est sous étroite surveillance.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License