Practaag
notation: 0+x
couloir-asile.jpg

Emplacement de SCP-XXX-FR. Le bâtiment a été désaffecté depuis sa découverte.

Objet # : SCP-XXX-FR

Niveau de menace : Bleu Jaune

Classe : Sûr

Procédures de confinement spéciales : De par son caractère inamovible, l’objet est confiné sur le lieu de sa découverte. Le bâtiment où il se trouve a été fermé et désaffecté. L’accès est interdit à toute personne extérieur à la Fondation. Le lieu est surveillé en permanence par six gardes répartis en binômes à chacune des trois entrées du bâtiment. Toute personne qui tenterait de s’introduire dans le bâtiment devra être interpellée, interrogée et se verra administrer un amnésique de classe A s’il s’avérait qu’elle ait été témoins des effets de SCP-XXX-FR.
Des caméras de surveillance, classiques, thermiques et infra-rouges sont disposées à 360° (trois cent soixante degrés) autour de SCP-XXX-FR afin de repérer tout changement d'état.
Si besoin était d'approcher en urgence SCP-XXX-FR, des combinaisons plombées anti-radiations (en nombres suffisants) sont à la disposition des agents qui eux-même sont formés à leur utilisation.
Tout membre du personnel de la Fondation possédant une accréditation de sécurité de niveau 1 et souhaitant étudier SCP-XXX-FR devra en faire la demande au Dr Vignou, agent en charge de l’étude.
Il est à noter que toute expérimentation a été suspendue jusqu'à nouvel ordre selon les consignes du Dr Vignou.

Description : SCP-XXX-FR est une anomalie en cours d’étude qui se trouve dans un couloir du troisième étage du Centre ███████ █████, bâtiment regroupant plusieurs services de gériatrie au sein de l’Hopital d’███████ dans le Massif Central, France. Le premier rapport de son existence à la Fondation date du 3/12/20██ et a été reporté par un infirmier qui travaillait dans le bâtiment.

Il s’agit d’un point précis dans l’espace qui transfére en un autre lieu la conscience de toute personne qui s’y trouve et ferme les yeux quelques secondes. La personne reste présente physiquement dans le couloir du service de gériatrie, mais pense avoir été transportée dans un autre lieu. Ce lieu a été décrit de la même manière par les civils et agents de classe D ayant fait l’expérience d'un transfert :

  • ‘‘Un champs d’herbe verte étrange’’ ;
  • ‘‘où il fait chaud’’ ;
  • ‘‘où les nuages sont rouges’’ ;
  • ‘‘où il y a une grande montagne au loin’’ ;
  • ‘‘où on est tout nu’’ ;
  • ‘‘et où mine de rien on se sent hyper bien ’’.

Les tests préliminaires ont permis d’apprendre que toute personne fermant les yeux à l’endroit définit comme étant le point de transfert de SCP-XXX-FR se trouve transportée en ce lieu. Tous les sujets ayant essayé ont réussi à être transféré et rapportent la même expérience.
Pour revenir, les sujets n’ont qu’à fermer les yeux à nouveaux deux à trois secondes, le transfert retour est instantané. Si ceux-ci ne ferment pas les yeux, un transfert retour à tout de même lieu automatiquement au bout de █ minutes et ██ secondes. Ce délai est à ce jour immuable.

Des explorations de l'environnement se trouvant de l'autre côté ont été tentées. Un agent de classe D, marathonien à ses heures, Mr ██████ ████████, a été envoyé à plusieurs reprises pour courir le plus rapidement possible dans une direction pendant █ minutes et ██ secondes jusqu'à son transfert retour automatique. Quelle que soit la direction qu’il ai prit, il est toujours resté sur l’herbe et n’a rien trouvé de notable.

Il a également été remarqué que peut importe l’heure terrestre du jour et de la nuit à laquelle un sujet est transféré, il fait toujours jour de l’autre côté et le Soleil se trouve toujours à la même position par rapport à la montagne.

Test des propriétés de SCP-XXX-FR : Il est impossible d’emmener quoi que ce soit lors d’un transfert excepté ce qui peut être tenu enfermé dans une main. Cette contrainte a dès lors empêché l’utilisation de lourds matériels performants, d’autant plus que tout appareil électronique refuse de fonctionner une fois de l’autre côté.

Les tests les plus complets ont donc été réalisés à l’endroit où se trouve le point de transfert de SCP-XXX-FR :

  • Une spectrographie scotopique a révélé un écart de température de + █ à █°C à l’endroit précis où le transfert est possible, résultant possiblement d’un passage d’air à travers le point de transfert.
  • Des traces de rayonnements de natures inconnus semblent également jaillir à cet endroit précis. Les tests préliminaires indiquent que ces rayonnements n'affectent pas la matière.Des tests plus complets ont montré que ces rayonnements n'ont aucun effet sur la matière inerte mais ont un effet cytotoxique sur les matières vivantes en cas de longue exposition de l'ordre de plusieurs mois. Ces rayonnements se dissipent au-delà de 1 (un) mètre autour de SCP-XXX-FR
  • Les sujets revenants de transfert, présentent une radioactivité évaluée à 20 µSv soit l’équivalent d’une radio pulmonaire.
  • Après mise en quarantaine tous les sujets se sont révélés ne pas être porteurs d’agents pathogènes.

De rares tests ont put être réalisé de l’autre côté de la brèche à l’aide de matériel miniaturisé :

  • un compteur Geiger de poche (analogique, un modèle plus récent ayant refusé de fonctionner) a permis de mesurer une radioactivité ambiante de l’ordre de 2mSv dans l’air, sans pouvoir déterminer de point d’origine.
  • un appareil photo argentique miniature a permis de photographier le Soleil. Le spectre d’absorption de la photo développée, bien que manquant de précision, a permis de démontrer que cette étoile n’est pas le Soleil.
  • Un flacon vide de petite taille a été remplis d’air après un transfert. Son analyse a permis de démontrer un taux d’oxygène de 31 % et un taux de diazote de 65 %. Les 4 % restants sont constitués essentiellement d’█████ et de ███████ ██ ██████ dans des proportions non-toxiques à court terme.
  • Des prélèvements d’herbe ont été réalisés. L’herbe s’est révélée tout à fait normale, composée de cellules végétales et contenant de l’eau, de la chlorophylle et une radioactivité résiduelle correspondant au rayonnement ambiant.
  • Des prélèvements de terre ont été réalisés. Celle-ci est tout à fait banale exceptés sont taux de fer anormalement élevé et sa radioactivité résiduelle correspondant au rayonnement ambiant.

D’après le Dr Vignou en charge des études de SCP-XXX-FR, il pourrait s'agir d'une faille spatiale.
Devant l’impossibilité d’emmener des objets ne pas pouvant tenir entre les mains, le Dr Vignou a suggéré de les introduire dans d’autres cavités des agents de Classe D réalisant les tests. Ceux-ci ont refusé catégoriquement et ont invité le Dr Vignou a les remplacer. Ce qu’il n’a pas fait.

Le civil ayant découvert SCP-XXX-FR a été repéré deux semaines après son premier transfert. Il avait posté sa découverte sur son blog ce qui a permis à la division World Wide Web de la Fondation de le localiser. N’ayant pas put photographier ou filmer quoi que ce soit après le transfert, son post n’a pas eu de succès et a put être supprimé sans faire de vague. Le civil et sa collègue qui elle aussi a participé à la découverte, ont été arrêtés et interrogés avant de se voir administrer un amnésique de classe A.

Le bâtiment a été entièrement évacué et désaffecté, la brèche ne pouvant à priori pas être refermée en l’état actuel de nos connaissances.


Addendum XXX-A : █ mois après le premier transfert réalisé par les civils, Mr ██████ ████████ et Me ████ █████, ceux-ci ont été hospitalisés à deux jours d'intervalle pour céphalées intenses et persistantes, désorientation temporo-spatiale, confusion et troubles tonico-cloniques transitoires. Après des scanners cérébraux, IRM et biopsies, il s’est avéré que tous deux souffraient de tumeurs cérébrales avancées (des glioblastomes). La chirurgie étant impossible à la vue de l’avancement de la tumeur, une radiothérapie associée à une chimiothérapie ont été débutés en urgence.
Les deux sujets sont décédés après quatre semaines, les traitements instaurés ayant été inefficaces. Le neurochirurgien, Docteur Steven S██████, a déclaré ne jamais avoir vu d’évolution aussi fulgurante de ce type de tumeur.


Addendum XXX-B: █ semaines après les premiers symptômes déclarés chez les civils, les agents de classe D ayant effectués des transferts se sont retrouvés atteints des mêmes symptômes. Le diagnostique identique a conduit au même résultat : le décès des ██ classe D exposés.
L’apparition de ces lésions tumorales est sans doute liée au rayonnement de nature inconnue capté au niveau du point de transfert.

Cette mésaventure a, premièrement, permis de déterminer qu’il n’y avait pas de corrélation entre le nombre de passages effectués et l’espérance de vie : le sujet ayant effectué le plus de transfert (██) a vécu aussi longtemps que les sujets qui n’en avaient fait qu’un seul.
Deuxièmement, cela a permis de comprendre la dangerosité des transferts, et de suspendre toute expérimentation autour de SCP-XXX-FR jusqu'à nouvel ordre.

D’autre part, le Dr Vignou a stoppé les tests sur lui-même visant à emporter plus de matériel, affirmant que désormais ‘‘Jamais je ne rentrerai dans ce truc’’.


L'interview du civil ayant découvert le SCP-XXX-FR a été déclassifiée pour les besoins de la recherche :

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License