Pr Gryll

Bonjour je m'appelle Theo, Gryll est un surnom que je me suis moi même donner, je suis un nouveau membre de la fondation, j'ai pu l'intégré facilement et qui a pu me coûter la vie, je vous la raconte…….

j'étais dans une vielle usine, je cherchais un but dans la vie une vie de rêve…avoir une bonne situation, une belle caisse ouai une belle caisse, une belle villa avec piscine mais tous ça il faut bien travailler comme le disait mon père mais…c'étais trop tard j'ai tous perdu, ils sont tous partis…je ne les verrais plus… ma mère, mon père tous deux partis…. les seuls personnes que je devais écouter, obéire…c'étais les seuls personnes qui pouvaient changer ma vie, me donner une vie sans faire de petit job qui rapportais peu, alors c'est pourquoi je préfère faire de la drogue, Tous ce qui est illégal et qui rapporte du fric. J'ai appeine commencé mon inscription dans un gang qu'on ma apprit les bases pour en faire,c'étais dangereux mais bon autant se remplir les poches. On étais trois dans cette vielle usine cacher des regards indiscret, une planque parfaite pour pousser du cannabis. Il faisait nuit noir on y voyaient rien ce qui m'agaça un peu alors je prie une lampe et l'alluma mais le "cagouler" dit violement et en silence

-éteint moi-ça bordel tu veux nous faire repérer !

Je répondit

-c'est pas la peine avec ta tête on serais déja fais repérer

Le chef pouffa de rire silencieusement tandis que le "cagouler" me mis une droite bien dur

-oua ça fait super mal, aïe désoler

Tout en tenant mon nez. Un instand nous entendions une voiture qui s'approchait de l'usine. Nous nous somme levé brusquement et le chef dis

-merde c'est les poulets qui arrive on dégage, par cette porte !

A peine que nous avions couru de quelque pas, que des coups de feux se firent entendre. Nous nous somme jeté à terre en espérant ne pas recevoir une balle. Les murs furent criblé, l'air étais presque embaumer de poussière puis le groupes apparus, tous avaient l'équipement sombre du casque jusqu'aux bottes, un excellent camouflage dans cette nuit sombre. Ils avaient un emblème qui formait un engrenage a trois dent, la première avait la lettre "S" l'autre "C" et le dernier "P". "SCP" mais qu'est ce que cela voulait dire me dis-je en tête

-rester ou vous étes les mains derrière la tête !

J'ai pris peur, ils n'étaient pas de la police, il je savais que si ils nous tuaient toutenos corps et les preuves auraient été effacée

-pitier ne tirés pas ! Criai-je

Un homme se départageait du groupe se qui nous montrait son uniforme, probablement "sergent" aprés avoir vu écrit sur son torse à droite, l'holster sur la cuisse droite avec le revolver dans l'éthui et tous étaient en noir de la tête de au pied, un excellent camouflage dans cette nuit sombre. Le "sergent" avança vers nous et nous regarda comme si nous étions inférieurs à lui

-je vous épargnerais si vous n'auriez vu par hasard un enfant

Je dit

-est-ce que vous nous épargné si on dit que nous n'avions pas vu d'enfant

L'homme me regarda droit dans les yeux je su trés rapidement qu'il n'allai pas nous épargné, à peine qu'il allait prononcé le mot "aba" qu'il fu interrompu par un cris d'un soldat qui accourais de la porte d'entré

-il est la, l'anomalie est…..

Il arrêta de prononcer c'est mot et se jeta sur un soldat tout en criant, le groupe attrapa le "fou" et le plaqua au sol, le soldat qui c'est fait attaqué avait perdu son casque et cagoule et avait des trace de griff sur le visage et dit avec douleur

-on en sait rien du p'tit si ça se peu il pourrait nous possedé.

Le "sergent" resta la tête baissée dans le silence. Il la releva comme si il semblait avoir une idée et dit

-tous acouvert, planquez-vous !

Sur ces mots les soldat obéirent, ils se planquaient derrière les murs, les débris. Le "sergent" nous regardais et dit

-et bien ne rester pas la vous allez vous faire buter cacher vous !

Nous avons couru à toute vitesse vers un mur qui nous semblait du solide, à peine que nous nous sommes caché qu'un groupe soldat semblable a ceux du "sergent" firent leur apparition et marchais a pas de loup en position pret à tirer c'est trés éfficace mais ce que le "sergent" a planifier étais encore plus. Lorsque qu'il dit feux les soldats se mettairent en position puis tirairent, le bruit des famas, la lumiere des canons, en une fraction de seconde les "possédé" étais tombé raide mort. Le "sergent" se leva et pris sa radio et dit

-nous avons perdu 5 hommes, l'anomalie semble pouvoir posséder les êtres humains a vous bbrrrssshhh

Mais il n y avait qu'un cripitement le "sergent" lança un juron et lorsqu'il lança un juron nous avons entendu une voix lointaine qui disait

-ne me toubrsshhh pas sinon je te brssshhhhh

La radiot explosa de sa main et le blaisa gravement, ce qui le faisa tomber violemment à terre et il dit

-bordel un médecin !

Un soldat qui avait une croix rouge sur le casque acouru puis s'accroupit au niveau de la tête du sergent, il tourna la tête vers nous et dit

-vener m'aider

Nous avons tous accourut, nous étions certes bêtes mais nous connaisons les gestes de premier secoure, le "cagouler" tenait la tête pour éviter de mettre dans la poussière, notre "chef" pris du papier sorti de ces poches et l'applica dans les joues ouvertes en sang, tandis que moi j'édais le médecins a mettre les bandages, pendant que nous soignons le "sergent" puis nous avons une ombre qui s'avançait vers nous puits nous avions vu un enfant qui s'approchait à petit pas, la colére et la tristesse se lisait Sur sont visage. Les soldat firent feux, des qu'il traverssa la porte les balles le touchèrent, il perdit seulement du sang alors qu'il devait être déchiqueter mais ce que nous n'avions pas preté attention a fait tout le contraire, nous avions vu du sang qui sortais de ces joues qui étais anormale il allait de la tête au pied et se mit a formé comme une sorte de cocon rouge. Aprés avoir recouvaire toute les partis de sont coprs le sang tomba a terre avec les balles qui étais dans la chair de l'enfant, il étais intact. Les soldats, tous le monde étais sans voie et le "cagoulet" dit

-bordel en va tous crevé

Sur ces mots l'enfant commença à pleurer violemment sont sang coulais moins puis il montra du doight un soldat, celui si se mit a tremblé et tira sur quelques un de ces camarades il blessa 3 et fut abattu une balle dans la tête par le troisième et il fut projeté en arrière. Tous étais hors combat, le "chef" dit

-qu'est ce qu'on fais ! Au bordel je veux pas crevé je veux pas

L'enfant nous regardais, je lisais dans sont expression qu'il étais triste et qui cherchait réconfore, je savais qu'il voulait quelqu'un pour le rassuré il n'avait même pas 7 ans je dirais 4 ou 5 alors j'ai pris mon courage a deux mains je me suis levé pour m'approché, le "sergent" leva la tête et dis d'une voix faible

-non que fais tu ? Tu ne sais même pas se qu'il pourrait faire

Et mon "chef" dit

-revien il va te buter c'est un monstre !

Je les ai ignorés et lorsque j'étais prêt du petit je le pris dans mes bras et dit

-ou sont tes parent ?

Il ne ma pas répondu et a pleuré tout en m'enlaçant dans ces bras, je savais qu'il avait peur un enfant innocent il ne mérite pas de souffrir mais a peine je le gardais dans mes bras qu'un flash explosa se fut un vacarme de cris puis plus rien…..

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License