Sandbox de deux Bakas

- Asseyez-vous, jeune homme.

Celui-ci obéit, sous le regard froid de son aîné. Celui-ci semblait presque amusé de le voir ainsi. En vérité, il savait ce qui allait se produire ensuite : il allait raconter son histoire, l'autre n'allait pas le croire, le traiterait sans doute de vieux shnok et abandonnerai. Celui-ci n'était pas le premier à convoiter le poste du retraité.

On ne leur avait rien demandé. Ils nous avaient juste propos leurs services un jour, sentant surement qu'ils allaient faire une bonne affaire.
Et nous avions cru en eux, parce qu'avec cette chose qui avait déjà tuer des chinois et qui fonçait droit sur nous, même les Yokais nous auraient paru fades et sans intérêt.


Ces cons de chinois s'étaient procurés un truc anormal pour se la péter et cela entrait maintenant hors de leur contrôle, détruisant plusieurs villes. C'était bien fait pour leurs gueules, sauf que leur merde est arrivée jusqu'à nous. On a su plus tard lorsqu'un agent est partit récupérer des informations à leur sujet que jqsechntusgjk


Laboratoires Prometheus.
Prométhée.
Le titan qui vola le feu aux dieux pour l'offrir aux hommes.
Le titan qui permit aux créatures terrestres de se défendre, de s'éclairer.
Et ce titan, c'était cette organisation.
Et ce feu, c'était l'euthanasie de Mute.

Nous pouvions désormais nous défendre face à cette menace.
Nous pouvions désormais être éclairés sur le réel fonctionnement de notre monde.


- Nous étions le 1er septembre 1923, et un séisme avait emporté avec lui 143 000 vies.

Les yeux du jeune homme s’agrandirent, mais il resta figé sur sa chaise. Ses mains s'étaient crispées sur la petite valise posée sur ses genoux.

- Je te laisse réfléchir à tout cela gamin, ricana presque le vieil homme. Tu peux disposer.

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License