Matsama
SCP-157-FR-1.png

SCP-157-FR.

Objet # : SCP-XXX-FR

Niveau de menace : Jaune

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales :

SCP-XXX-FR doit être gardé dans une pièce dont toutes les surfaces doivent être entièrement blanches, posé sur un piédestal long et large de 23cm et haut de 156cm en marbre blanc. Seul le personnel de confinement de niveau 2 habilité peut pénétrer s’en étant préalablement vêtu d’une tenue entièrement blanche.

La salle de confinement ne peut être équipée de caméras. Pour une raison inexpliquée, celles qui furent installées à l’arrivée du sujet furent détruites.

Dans le cas où SCP-XXX-FR ne se trouverait pas sur son piédestal lors de l’entrée du personnel autorisé, il est important de le prendre et de le mettre les pattes en l’air avant de le reposer sur son support. Il est d’ailleurs impératif de procéder de la même manière pour tout transport.

Il est important de ne jamais regarder les yeux de SCP-XXX-FR pendant plus d’une seconde. Le cas échéant, il est important que le personnel touché soit anesthésié et qu’un amnésique lui soit administré au plus tôt pour limiter les effets de l’anomalie.

Description :

SCP-XXX-FR est une petite figurine représentant un bouc blanc au pelage fait de laine et aux cornes de plastique gris. Il mesure dix (10) centimètres de long, quatre (4) centimètres de large et six (6) centimètres de hauteur.

Le ██/██/████, dans les environs d'█████ (64), l'objet a été remarqué par la Fondation après que les habitants du village ne fassent état du comportement inhabituel du sujet nommé ███████ █████, un berger des environs. L'homme agissait depuis quelques jours comme un de ses moutons, broutant et se déplaçant à quatre pattes. Quand les agents de la Fondation sont arrivés sur place, la seule anomalie trouvée fut SCP-XXX-FR, posé sur un rocher en amont du troupeau sans que rien n'indique comment il y est arrivé. Un amnésique de classe C a été administré aux habitants du village.

L'objet a été transféré au Site-73 pour confinement et étude. D’après les rapports des chercheurs de niveau 2 et des gardes du site, on entend parfois de grands coups donnés dans les portes ou les murs de la salle de confinement. C’est généralement suite à ce genre de manifestation, que le personnel a retrouvé le sujet hors de son piédestal. D’étranges marques de coups furent retrouvées sur les surfaces verticales de la pièce et une série de traces de pas d’ovidé étaient présentes au sol.

À ce jour, une seule manifestation dangereuse a été décelée (voir le rapport d'incident SCP-XX-FR-c en addendum).

Les principales propriétés anormales de l'objet se manifestent lorsqu'il est regardé dans les yeux plus d'une seconde, ce qui a pour effet de changer la personnalité du sujet en celle d'un ovidé de manière plus ou moins durable. Jusqu’à présent, aucune personne sous influence n’a conservé cet état plus de quinze minutes, les victimes ayant soit progressivement retrouvé leurs esprits par eux-mêmes ou par l'administration d'un amnésique de classe B.

Addendum :

Extrait du rapport d'expérimentations SPC-XXX-FR-a :

██/██/████, 10h21
L'objet, placé sans surveillance particulière dans une cellule basique, des bruits de coups ont été entendus. Lorsque la porte fut ouverte, les gardes signalent avoir trouvé la pièce "complètement retournée" et les murs enfoncés par des marques de chocs.

Après état des lieux de la salle de confinement en vue de l'évaluation des coûts de remise en état, il a été établi que les objets de couleur blanche n’ont pas été endommagés suite aux manifestations agressives de l’objet.

Les caméras de sécurité sont tombées en panne une (1) seconde avant le début de l’anomalie, comme en attestent les enregistrements.

██/██/████, 9h23
L'objet est parvenu à s'échapper de la nouvelle salle de confinement par des moyens de locomotion inconnus en défonçant la porte qui n’avait pas été correctement verrouillée, pour ensuite saccager toutes les salles non blanches de l'étage (une nouvelle fois, l'état des lieux a démontré que l'objet ne montre aucune "agressivité" envers les objets blancs).

██/██/████, 20h12
SCP-XXX-FR a été installé dans une chambre forte en sous-sol pour éviter toute nouvelle évasion de l'objet sur ordre du commandant du site.

20h34
Un grondement semblable à une explosion a été signalé dans les sous-sols. La porte de la chambre forte a été défoncée et SCP-XXX-FR retrouvé dans une salle blanche dans les étages sans qu'aucune caméra de sécurité n’ait pu enregistrer de déplacements du sujet d'étude.

Face aux manifestations de SCP-XXX-FR, il a été décidé de faire de la salle qu'il occupait après chaque évasion, une salle confinement provisoire en attendant son transfert prochain sur le Site-73.

██/██/████, 09h10
Les membres de l'équipe d'étude ont décidé d'accrocher sur l'objet un traceur pour en suivre les mouvements.

Il fut placé dans une pièce non-fermée et l'aile du bâtiment fut évacuée le temps de l'expérience.

Il fut décidé d'attendre pendant une heure avant de pénétrer de nouveau dans l'enceinte. Durant cette période, le traceur ne s'est pas été déplacé mais a cessé d’émettre après quarante-cinq (45) minutes d’expérience.

Lorsque l'équipe entra dans la pièce où a été déposé SCP-XXX-FR, le traceur reposait détruit, sur la table et l'objet étudié était à sa place dans sa salle de confinement.

██/██/████, 15h00
Un test semblable à celui de la semaine précédente a été effectué, la pièce dans laquelle l'objet a été placé fut saccagée et la porte détruite sans que les deux traceurs (un blanc étant donné qu'aucun objet blanc n'a été précédemment détruit par l'objet, un noir) utilisés ne suivent le sujet de test. Le traceur de couleur blanche a été retrouvé intact, tandis que l'autre fut écrasé. SCP-XXX-FR fut retrouvé dans sa salle de confinement sans que personne ne l'ait vu y entrer.

Le mode de déplacement de l'objet est encore inconnu. D'autres essais sont programmés avant le prochain transfert de l’objet vers le site-73.

██/██/████, 11h25

Les incidents ont permis de conclure que l'objet doit être confiné dans une pièce blanche aux vues du lieu où a été systématiquement retrouvé SCP-XXX-FR. Il a été décidé qu'un socle en granite blanc serait plus durable qu'en plastique et correspondrait le mieux aux nécessités de coloris environnemental.

██/██/████, 08h17

Suite à l'une des expériences citées ci-dessus, un membre du personnel de test a fait tomber SCP-XXX-FR et l'a regardé de manière inappropriée. Néanmoins, il n'a subi aucun effet dû à l'anomalie. Le témoignage du sujet et de ses collègues souligne que l'objet était alors tenu les pattes en l'air. Cet état de fait doit être étudié plus avant lors d’un test programmé prochainement.

Dr. ████████
Responsable scientifique provisoire SCP-XXX-FR
██████-███-█████ France

Extrait du rapport d'expérimentations SPC-XXX-FR-b :

██/██/████, 09h15

Suite à l'erreur de manipulation citée en fin du rapport d'expérimentations SCP-XXX-FR-a, une batterie de tests concernant les effets "parapsychiques" de l'objet ont été menés.

Un personnel de Classe D (Sujet D-XXX-FR-b1) a eu pour consigne de prendre SCP-XXX-FR et de le mettre les pattes en l'air avant de le fixer dans les yeux de manière intensive pendant quelques secondes puis de le reposer sans le regarder. Le sujet s'est exécuté et n'a manifesté aucune réaction particulière face à l'objet.

Il lui fut ordonné de regarder les yeux de l'objet sur son socle et au bout d'une seconde, il se mit à quatre (4) pattes et commença à bêler. Le sujet a été isolé dans une cellule en attendant de trouver une contre-mesure appropriée aux effets de l'anomalie.

██/██/████, 09h34

D-XXX-FRb1 a repris connaissance de manière inexpliquée. Expérimentations prévue dans les prochains jours.

██/██/████, 10h15

Il a été ordonné à D-XXX-FRb1 de rééditer la première partie de l'expérience précédente et de fixer l'objet des yeux aussi longtemps que possible. Au bout de quatorze minutes, le sujet a commencé à manifester une modification de comportement, n'arrivant plus à prononcer des phrases complètes et compréhensibles.

Le personnel de test lui a retiré l'objet des mains pour le replacer sur son support et le sujet a été placé à l'isolement pour observer le retour à la normale de son psychisme qui a été effectif dix-neuf (19) minutes plus tard.

██/██/████, 10h45

D-XXX-FRb1 a repris la deuxième partie de la première l'expérience et dût fixer l'objet des yeux aussi longtemps que possible. Au bout de la première seconde, le sujet a eu le même comportement qu'au premier essai. Néanmoins, il fut maintenu en place pour fixer les yeux de SCP-XXX-FR pendant quinze (15) secondes et a été placé en isolement pour observation.

Le sujet n'a repris partiellement ses esprits qu'au bout de neuf heures d'isolement. Les psychologues du centre ont remarqué que D-XXX-b1 présentait des troubles de la mémoire concernant surtout les événements proches et une certaine agressivité absente chez le sujet avant les tests.

██/██/████, 19h00

Les procédures de confinement et de transport doivent être remaniées, notamment pour le transport qui devra être déplacé la tête en bas pour limiter les risques de manifestation de l'anomalie psychique.

Dr. ████████
Responsable scientifique provisoire SCP-XXX-FR
██████-███-█████ France

Rapport d'incident SPC-XXX-FR-c :

██/██/████, 15h12
Un membre du personnel de classe D (dénommé D-9564), ayant échappé à la surveillance des gardes pendant la rupture d'un confinement dans l'étage, a pénétré dans le confinement sans se vêtir de manière appropriée (après enquête, il a été déterminé que le verrou de la porte était défectueux). Les témoignages font état de grands bruits et des cris provenant certainement de la victime de SCP-XXX-FR suite à une fermeture inexpliquée de la porte.

Quand la porte put être rouverte une heure plus tard, la pièce était maculée de sang et de débris organiques qui furent identifiés comme appartenant à D-9564. SCP-XXX-FR était posé à trois mètres de la porte, immaculé et il fut remis sur son socle suivant la procédure adaptée.

Une équipe de nettoyage ayant reçu une formation spéciale, sous la supervision de deux gardes, nettoyèrent la pièce dans les moindres détails.

Depuis, l’accès à la pièce a été strictement réglementé, notamment par la pose d’un verrou de haute sécurité et la nécessité de la demande d’une autorisation du Commandant du site pour toute intervention.

Dr. Magnussen
Chef de projet
Site-73

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License