Lloxylvanda
1175_1.jpg

SCP-1175

Objet # : SCP-1175

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : En raison de son immobilité et de sa visibilité au public, SCP-1175 ne peut être contenu que par un système réduit sur place. Un poste d'observation mobile (désigné sous le nom d’OP-1175-1) doit être placé aux limites de la zone, et devra changer de localisation au moins une fois toutes les vingt-quatre (24) heures.

Des recherches sont en cours pour des procédures de confinement permanentes ; jusqu'à nouvel ordre, la fonction publique du site est de rester ouvert de 10h à 17h heure locale, du lundi au mercredi, avec des agents de la Fondation postés sur place habillés en agents de sécurité afin de s'assurer que toute personne non-autorisée soit évacuée du secteur avant le coucher du soleil.

Description : SCP-1175 est l’œuvre centrale du ██████ █████████ Park, une exposition artistique en plein-air situé à [DONNEES CENSUREES] et couvrant environ 250 m2 de terrain. Les anomalies des objets concernés ne s'activent qu'entre le crépuscule et l'aube ; il y a 35% de chance que ces objets s'animent à intervalles irréguliers le mardi pour des raisons inconnues, et le parc doit par conséquent rester fermé ce jour-là.

SCP-1175 est la représentation d'une tête de taureau haute de 18m28, forgée avec des plaques de fonte et peinte en rouge. SCP-1175 a été conçu creux à l’origine, mais de récentes observations indiquent la présence d'un mécanisme ou toute autre forme d'activité dans sa structure ; des tentatives d'images au radar et à la sonographie se sont toutefois révélées infructueuses, montrant tour à tour la structure comme faite en métal plein, ou n'ayant aucune consistance physique, coque comprise. Suite à l’apparition des anomalies de SCP-1175, ce dernier a été rendu totalement immobile (cf. rapport d'Incident 1175-2) par des piliers grandissant à la verticale à la fréquence approximative de 60 centimètres par an, d’après les photos souterraines. L’intérêt de ces piliers demeure encore inconnue, mais ils ont actuellement atteint la longueur de ██ mètres, indiquant une vitesse accélérée de la période de croissance initialement observée.

1175_2.jpg

Détail de SCP-1175-2

SCP-1175-2 désigne une série de 6 statues faisant chacune 2m59, construites en métaux variés sous la forme de squelettes humains surplombés de crânes de chèvres. Chaque statue est armée : une tient un bâton, une autre un glaive, deux portent des épées courtes et deux autres ont des faucilles modifiées. Les statues s’animent pendant leurs périodes d’activité, imitant une action de patrouille autour de SCP-1175-1. Ils ne sont pas ouvertement hostiles envers les humains, bien que l’un ou plusieurs d’entre eux approcheront souvent de très près tout intrus qui ne leur a pas été présenté (cf. Addendum 1).

SCP-1175-2 ne se montrera agressif que dans deux situations : soit dans le cas où une personne non-autorisée essaye de s’approcher de SCP-1175-1 ou cherche à l’endommager, soit lors d’une tentative de sortir SCP-1175-2 ou toute autre construction en dehors du parc. Dans cette situation, que ce soit durant leurs périodes d’activité ou non, tous les éléments de SCP-1175-2 émettront des sons décrits comme des "hurlements" et des "cris stridents" et attaqueront l’individu, soit pour le chasser jusqu’aux limites de leur zone, soit pour le tuer. Si l’individu ciblé est tué, son corps sera amené à SCP-1175-1, ce qui ouvrira une partie articulée de sa gueule (un tel équipement n’était pas présent sur la construction initiale) et le cadavre sera placé à l’intérieur avant qu'elle ne se referme. On ignore actuellement ce qui se produit après cela, car toute trace d’enregistrement audio et/ou vidéo est perdue dès la fermeture de la gueule.

Par ailleurs, si un quelconque édifice humain est érigé sur un rayon de 900 mètres autour de SCP-1175-1 et demeure intact durant plus de vingt-quatre (24) heures, tous les éléments de SCP-1175-2 sauf un émettront de nouveau des sons stridents durant leur période d’activation et courront en direction de l’ouvrage à une vitesse de 75 km/h. Une fois la nouvelle structure atteinte, ils l’attaqueront à l’aide de leurs armes autant qu’avec leurs cornes et poings jusqu’à ce que l’édifice soit intégralement détruit, et s’en prendront de la même manière aux humains qui tenteront de s’interposer. Cette réaction ne semble pas se déclencher en cas de réparation, modification ou extension des structures existantes autour de la zone depuis l’époque de leur création ; ces structures sont le ██████ █████████ Park en lui-même, incluant la barrière extérieure et la boutique/office de tourisme, situé à environ 0,2km de la route d’état [DONNEES CENSUREES] qui traverse la zone, ainsi qu’une cabane abandonnée (endommagée depuis suite à une tempête de neige, détruite plus tard sans autre incident).

Les éléments de SCP-1175-2 ont montré des signes d’intelligence et semblent capables de communiquer les uns avec les autres, utilisant des sons de faible tonalité semblables à leurs cris d’attaque : aucune variante ou modèle n’en est ressorti, et toute tentative visant à entrer en communication avec eux s'est révélée inefficace jusqu’ici. SCP-1175-2 semble également ignorer toute forme de vie non-humaine, y compris les oiseaux ou les rongeurs qui ont été vu en train de défigurer les structures du parc pendant leurs périodes d’activité. Les dégâts superficiels et de la structure de SCP-1175-1 s’auto-réparent par des procédés inconnus.

Addendum 1175-1 : SCP-1175 a tout d’abord attiré l’attention de la Fondation le ██/██/████, lorsque trois jeunes habitants locaux sont entrés par effraction dans le parc et ont interagi avec SCP-1175-2 pendant sa période d’activité. Les agents de la Fondation ont été avertis de la situation quand les autorités locales ont conclu que les suspects devaient être sous l’influence de substances hallucinogènes, suite au coup de filet très médiatisé d’un fournisseur de stupéfiants dans la ville voisine de [DONNEES CENSUREES] ; après l’utilisation d’amnésiques de classe B, il fut implanté aux suspects des souvenirs suggérant qu’ils avaient consommé de la nourriture droguée.

Un interrogatoire plus poussé de G███ P█████, propriétaire du parc et créateur de toutes les œuvres d’art qui s’y trouvent, a déclaré qu’il n’était pas responsable de ces événements anormaux et qu’il ignorait comment ils avaient commencé ; cependant, il connaissait leur existence depuis environ un mois avant l’incident précédemment mentionné mais n’en avait rien dit aux autorités ni à sa famille par crainte. Il s’est également avéré que SCP-1175-2 reconnaissait M. P█████ comme son créateur, ou du moins comme une certaine forme d’autorité ; ses membres obéissent à ses ordres et commandements dans une certaine mesure, et s'il présente un individu comme étant un ami, SCP-1175-2 ignorera ce dernier à partir de ce moment, allant même jusqu’à lui permettre de toucher directement SCP-1175-1.

Etant donné que cette capacité de "présenter" d’autres personnes n’a pas pu être transmise avec succès à d’autres individus, P█████ a été désigné comme SCP-1175-3, mais conserve son poste de directeur du parc afin de continuer les visites du public et de faciliter les activités de la Fondation. Il est gardé sous surveillance constante, mais n’a pour l’heure pas tenté d’entraver les agents de la Fondation de quelque manière que ce soit et s’est montré disposé à fournir toutes les aides et informations à sa disposition.

Addendum 1175-2 : Rapport d’incident 1175-02

Le ██/██/████, le personnel de la Fondation a essayé de sortir SCP-1175-1 du parc ; malgré le fait qu’il ait été assemblé en dehors du site puis transporté à sa position actuelle, toutes les tentatives visant à déplacer la structure ont échoué, provoquant la destruction d’une grue conçue pour soulever environ 20 fois le poids de SCP-1175-1 à l’époque de son installation. Les actions mises en œuvre pour creuser le sol sous SCP-1175-1 ou retirer une autre structure du parc ont toujours été interrompues par SCP-1175-2, bien que ce ne soit pas le même niveau d’hostilité qu’en cas d’attaque directe contre ces éléments. Jusqu’à ce que des protocoles plus stricts puissent être appliqués, il a été décidé que tout matériau devra demeurer sur place avec un renforcement d’agents de sécurité de la Fondation ; une augmentation du prix du billet d’entrée au parc a été effectuée afin de compenser les frais engendrés.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License