Dr Marcus

La ville en béton

*

Préface


Harry Maxfield est un enquêteur pour le compte du Bureau Fédéral d'Investigation. Après une enquête non résolue sur la disparition d'une fillette quelques années plus tôt, il est affecté à l'Unité des Incidents Inhabituels, une branche peu réputée du Bureau. Envoyé dans le comté Ulster, Maxfield enquête maintenant sur les morts mystérieuses de trois randonneurs. Plongé dans une Amérique rurale prise au cœur d'une forte tempête, il se retrouve seul face à une enquête qui s'ancre à la frontière du mystique et du paranormal. Tout s'accélère lorsqu'il découvre qu'il n'est pas le seul à s’intéresser aux meurtres et que les fantômes de son passé ne sont jamais très loin.


*

Chapitre I


Harry Maxfied attendait depuis maintenant une heure qu'un officier de police daigne s'occuper de lui. Il n'était pas rare que la police locale soit méfiante ou qu'elle refuse catégoriquement de partager les informations des enquêtes conjointes avec les agents fédéraux de Washington. Il fixait la fenêtre en face de lui, et ne prêtait même plus attention au ballet incessant des forces de l'ordre. La tempête de neige redoublait d'intensité et faisait désormais siffler le vent qui essayait par tous les moyens de s'infiltrer dans le petit commissariat de Woodstock.

Le poste de police était situé à la périphérie de la ville, près du parc naturel d'Overlook Mountain entre la jonction routière de Glasco Turnpike et de Rock City road. D'époque pré-victorienne, il avait été construit en hauteur par rapport à la ville pour servir, fut un temps, de caserne aux pompiers qui surveillaient les parcs avoisinants les étés. Désormais le parquet en bois vieillissant craquait sous le poids des uniformes des officiers de la police locale et ceux du shériff. La petite ville implantée presque au cœur de la forêt était réputée pour être tranquille ; la plupart des délits répertoriés étaient des vols à l'étalage ou des tapages nocturnes commis par les jeunes de la région. Bien en contraste avec ce qu'il venait de se passer quelques jours plus tôt.

Son regard se posa sur le visage d'une jeune fille assise non-loin d'une fenêtre en face de lui. Il fronça les sourcils comme s'il essayait de se remémorer la dernière fois qu'il l'avait vu mais n'en parvient pas et commença à inspecter sa tenue en se demandant ce qu'elle pouvait faire là à une heure si tardive. Elle était jeune, pas plus de six ans, pensa-t-il. Plutôt maigre pour son age et elle avait une chevelure blonde qui lui tombait au niveau des épaules. Il regarda sa montre en tirant son imperméable d'un coup d'épaule assuré. Vingt-deux heures trente. Personne n'était venu la chercher, la doudoune qu'elle portait était bien trop grande pour lui appartenir et les ballerines n'étaient pas le meilleur choix vestimentaire pour s'aventurer dehors avec une météo pareille, songea-t-il.

Il fit rouler son cure-dent sur sa lèvre inférieure et se pencha sur sa mallette pour y sortir un dossier brun estampillé du sceau du Bureau Fédéral d'Investigation et se replongea dans l'enquête qui l'avait menée jusqu'ici. Il retira l’élastique du dossier et regarda les photographies agrafées aux bords de la chemise. Elles avaient été faxées plus tôt dans la journée par le bureau du médecin légiste du Comté au Bureau Central de Washington. Les tirages dévoilaient des coupes partielles de membres supérieurs ou inférieurs humains réalisées par le médecin dans le cadre des autopsies. La présence anormale d'un matériau rocheux à la place des tissus musculaires et des tissus adipeux attira à nouveau son attention. Il mordit l’extrémité de son cure-dent en se demandant dans quelle merde le Bureau l'avait encore envoyé.

La porte du bureau du commissaire s'ouvrit enfin et tira l'inspecteur de ses pensées. Une carrure imposante apparut dans l'encadrement de l'ouverture et il vit l'homme lui faire signe de s'approcher de la main. L'inspecteur ne se fit pas attendre et rangea hâtivement son dossier dans l'attaché-case avant de se lever et se diriger vers le commissaire. Maxfied ne pu s’empêcher de jeter un bref coup d’œil à la fillette assise en face de lui, mais celle-ci avait disparut. De son passage, il ne restait qu'un gobelet en carton usagé posé sur le même type de banc raide où il était assit quelques instants plus tôt et de petites flaques d'eau de la neige ayant fondu sans opposer la moindre résistance face à la chaleur presque étouffante du commissariat.

Un second homme sorti précipitamment du bureau du commissaire alors que l'inspecteur arrivait à son niveau. La silhouette en long imperméable entrouvert disparut dans la cohue du poste de police aussi brusquement qu'elle apparut mais Maxfield eut le temps de remarquer que l'individu portait un gilet pare-balles et une insigne qu'il n'avait jamais vu auparavant. Il n'eut pas le temps d'y songer davantage et sorti la sienne qu'il présenta à l'homme qui s'était rassit derrière son bureau et le jugeait du regard.

— Inspecteur Harry Maxfied. Unité des Incidents Inhabituels, FBI.
— Commissaire Havemeyer. Que font les fédéraux dans le comté d'Ulster ?
— J'enquête sur la mort de trois randonneurs dans le Parc Slide Mountain Wilderness et les circonstances de la découverte de leurs corps, répondit-il en inspectant le large bureau qui se présentait à lui tout en rangeant son insigne dans la poche intérieure de son imperméable. Des futs de whisky en bois marqués du sigle de la distillerie voisine de Tuthilltown étaient posés à même le sol et côtoyaient des cartons d'archives policières ouverts en vrac, ainsi que des diplômes et distinctions encadrés qui prenaient la poussière.
— Vous n'avez pas perdu de temps cette fois-ci, lança l'homme d'une voix rauque en se redressant dans son fauteuil et commençant à chercher quelque chose sur son bureau. D'habitude vous prenez votre temps, et vous débarquez pour coffrer le suspect et cueillir des lauriers auprès de la presse locale et nationale.
— Il ne s'agit pas de tirer le quelconque mérite à la place de vos hommes ou de votre place Commissaire Havemeyer mais de résoudre une enquête fédérale et d'élucider la mort de trois personnes.
Havemeyer se leva de son fauteuil, fouilla dans le tiroir de la bibliothèque installée derrière lui et se plaça à la fenêtre Il entrouvrit deux segments du store avec son index et son majeur et alluma un cigare, l'air pensif en inspectant le parking du poste de police.
— Vous allez devoir aller à Lake Hill, sur la '33, fini-t-il par lâcher en mâchonnant son cigare. Nos archives informatiques sont indisponibles à cause de cette foutue tempête et j'ai bien trop peu d'officiers disponibles actuellement. La seule personne qui pourra vous en dire plus sur cette affaire reste notre légiste. C'est elle qui a effectué toutes les autopsies et les prélèvements.
— Très bien, j'y vais de ce pas.
— Pas si vite, inspecteur. La tempête a rendu les routes hors de la ville impraticables, j'attends les hommes du Sherrif dans la nuit, ils nous aideront à dégager les accès si la tempête se calme. Allez plutôt vous prendre une chambre au motel près du club de tennis, sur California Road. Je vais prévenir la légiste que vous débarquerez demain à la première heure.
— Merci Commissaire, lâcha Maxfield en tournant les talons, presque soulagé qu'une coopération soit possible.
— Eh inspecteur, je veux être tenu au courant de l'avancée de l'enquête dès que vous avez une nouvelle piste.
— Ce sera fait.

header cell 0.0 header cell 0.1 header cell 0.2
cell 1.0 cell 1.2
cell 2.0 cell 2.1 cell 2.2
cell 3.1 cell 3.2
Alias :
Date de naissance : Lieu de naissance :
Couleur des cheveux Couleur des yeux
Taille : Poids :
Corpulence :
Sexe : Tinte de peau :
Nationalité : Langue(s) parlée(s)
Signes distinctifs et cicatrices :
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License