Dr Kurai

Objet # : SCP-XXX-FR

Niveau de Menace : Jaune

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-XXX-FR-1 et SCP-XXX-FR-2 doivent être conservés dans un espace disposant d’un taux d’humidité relatif entre 50 et 60% ainsi que d’une température allant de minimum 18oC (degrés Celsius) à 20oC maximum, cela dans le but d’éviter leur dégradation. Les deux objets sont contenus dans leur mallette d’origine et sont stockés dans le Site de Stockage Kybian.

Toute personne lisant SCP-XXX-FR-2A doit être maintenue dans une cellule avec la présence d’au moins un garde armé à l’intérieur. Le reste du personnel peut assister aux tests derrière la vitre en verre trempé.
L'utilisation de la force létale est autorisée seulement en dernier recours.

Tous membres du personnel assignés à SCP-XXX-FR peuvent à tout moment demander à se voir administrer un amnésique de Classe A.

Description : SCP-XXX-FR est un ensemble de deux entités, désignées sous le nom de SCP-XXX-FR-1 et SCP-XXX-FR-2.

  • SCP-XXX-FR-1 est une paire de lunettes d’apparence normale dont la datation est estimée à 1940. Le verre droit est légèrement rayé et on peut lire sur la branche gauche les mots gravés « Lire entre les lignes ». La paire possède des branches fines faites de carbone. Bien que ne possédant apparemment aucune correction visuelle, toute personne les portant indique voir nettement avec.
  • SCP-XXX-FR-02 est un livre d’exactement 521 pages écrites en anglais relatant des faits historiques de la Seconde Guerre Mondiale. Les faits cités sont véridiques et la plupart figurent dans des livres historiques remontant à la même période. La première page comporte la seule inscription manuscrite du livre : « C'est au travers du verre que vous lirez entre les lignes. »

SCP-XXX-FR-2 lut au travers des verres de SCP-XXX-FR-1 affiche un contenu différent aux propriétés anormales. Effectivement, le texte ainsi visible, nommé SCP-XXX-FR-2A, fait mention d’expériences menées durant la guerre de 39-45.

Ces dernières se rapportent toutes à des recherches militaires, plus particulièrement le test de nouveaux prototypes d’armes sur des êtres vivants, principalement humains. Ainsi, toutes ces expérimentations cherchent à provoquer une dégradation physique ou mentale des sujets exposés afin de les rendre inopérants physiquement ou inaptes à la vie en société. Cela peut se traduire par la diminution, voire la suppression, de la capacité à se mouvoir, la provocation de folie chez les sujets et beaucoup plus rarement la mort. Un certain nombre, indéterminé pour l'heure, d'objets aux propriétés anormales sont également utilisés dans le cadre de ces recherches. Quelques-uns sont déjà en possession de la Fondation (comme SCP-███-FR ou SCP-███-FR) bien qu'aucun autre lien avec SCP-XXX-FR n'ait pu être établi.

Les expériences relatées sont exclusives à l’ouvrage, n’étant donc présentes dans aucun autre document accessible à la Fondation. Cela inclut les ressources physiques (écrits, photographies…) et informatiques de plus de 175 pays ainsi que les archives de la Fondation.
Chaque expérience comporte un haut niveau de détails quant aux ressources utilisées (matériel, sujets, installations…) les conditions de réalisation ou encore les résultats. On y trouve également en annexe divers bilans psychologiques des sujets de tests, des procédés expérimentaux détaillés ou bien, dans le cas d’expériences létales, des rapports d’autopsies richement documentés.

Les tentatives ayant pour but la localisation et la fouille des lieux ayant abrités les expériences sont en cours, cependant les résultats restent encore aujourd'hui mitigés. En effet, pour la plupart des rares zones identifiées, seuls d’anciens complexes militaires et scientifiques ont été retrouvés. Si ceux-ci n’ont pas été détruits, ils sont à l’abandon et ne fournissent aucuns autres éléments exploitables ou permettant de faire le lien avec les informations de SCP-XXX-FR-2A. Les lieux ont, semble-t-il, été méticuleusement vidés avant le départ de son personnel.

Le groupe associé à ces expériences reste inconnu, bien qu’un lien avec l’Insurrection du Chaos soit fortement probable. Quel qu’il soit, le groupe a conservé une position neutre durant la guerre, sûrement dans le but de vendre les résultats au plus offrant. Cette théorie s’appuie en partie sur le fait que les installations identifiées se trouvent dans des pays ayant été acteurs principaux de la guerre (Allemagne, Russie, France, Royaume-Unis, Italie) comme des pays n’ayant pas pris parti à ces conflits tels que le Brésil, Argentine ou encore Thaïlande.

La récupération du contenu de SCP-XXX-FR-2A s'avère particulièrement laborieuse de par les effets néfastes provoqués par sa lecture. Tout sujet, nommé SCP-XXX-FR-A, lisant l'ouvrage avec SCP-XXX-FR-1 subit une dégradation psychologique et mentale, accompagné de répercussions physiques dans les cas les plus sévères. Ces troubles plus ou moins importants varient selon les passages de l’ouvrage et, plus particulièrement, de l’expérience en cours de lecture (Cf Addendum). Lors de ces phases, le sujet fait part de symptômes similaires décrits dans SCP-XXX-FR-2A mais n’en présente pour autant aucun signe physique. Des encéphalographies ont cependant mis en évidence que les zones du cerveau associées à la douleur sont sollicitées lors de la lecture de SCP-XXX-FR.

Une copie (matérielle comme dématérialisée) de SCP-XXX-FR-2A permet sa lecture sans les effets anormals associés. Cependant, certains passages restent irrécupérables car ils provoquent des réactions trop vives chez les lecteurs. À la lecture de ces expériences, les sujets souffrent de crises d’hystérie et de folie pouvant aller jusqu’à une rupture définitive avec la réalité. À cette psychose, d’autres symptômes peuvent s’ajouter. Troubles schizotypiques sévères, état végétatif du sujet ou encore arrêt cardiaque lié au choc émotionnel sont autant de facteurs entraînant l’impossibilité de la récupération du contenu. Cette dernière est estimée à 63% de l’ouvrage, soit à 329 pages.

En addition à ces réactions, SCP-XXX-FR-2A impacte la mémoire à long terme du lecteur. Plus précisément, la mémoire dite épisodique (liée aux événements vécus) est peu à peu totalement effacée tout comme la procédurale (pratiques et habitudes). La mémoire dite sémantique est quant à elle remplacée par le contenu de SCP-XXX-FR-2A. À un stade avancé, l’ouvrage devient la seule source de connaissance du sujet, ce dernier semblant alors adhérer aux objectifs du projet. Il lui est possible de répéter le contenu exact de SCP-XXX-FR-2A de tête.

Si les amnésiques permettent, à une phase peu avancée, la récupération d’un état plus stable du sujet, la mémoire, elle, demeure définitivement altérée.

Plus un sujet est exposé à la lecture de SCP-XXX-FR-2A, plus ce dernier se montre sensible à ses effets, ces derniers l'impactant ainsi de façon plus significative. Cette dégradation s’accentue donc au fur et à mesure, rendant à termes les séquelles irrémédiables, les amnésiques devenant également inefficaces.

Récupération de SCP-XXX-FR : SCP-XXX-FR a été récupéré suite au décès d’un archéologue et de deux policiers. L’historien, Sylvain █████████ était en charge de la fouille d’un ancien bunker en grande partie détruit au large des côtes de ████████. Parmi les objets récupérés se trouvait la mallette contenant SCP-XXX-FR. Celle-ci ne contenant rien d’exploitable historiquement, Sylvain █████████ la rapporta à son domicile. Suite à des observations plus poussées sur SCP-XXX-FR-1 et SCP-XXX-FR-2, il finit par entamer la lecture de l'ouvrage avec les lunettes.

Suite à son exposition aux effets de SCP-XXX-FR l’archéologue fut retrouvé pendu chez lui. Son bras gauche scarifié portait l'inscription : "Le savoir à un prix.".
Lors de l’enquête menée par les forces de l’ordre suite à la découverte du corps, les notes de l’historien évoquant le visage caché de SCP-XXX-FR furent retrouvées. Ce dernier fut alors saisi comme pièce à conviction. C'est suite aux décès de deux policiers chargés de l’affaire qu'un agent dormant rapporta ces événements à la Fondation.

Addendum #XXX-FR-1 : Expériences notables avec SCP-XXX-FR.

Plusieurs tests ont été réalisés avec SCP-XXX-FR afin d'en extraire le contenu anormal mais aussi d'observer les réactions des lecteurs exposés à ses effets.

Addendum #XXX-FR-2 : Lien avec l'Insurrection du Chaos

Il a été émis l’hypothèse qu’un membre du groupe étant à l’origine de SCP-XXX-FR puisse accéder à son contenu caché sans en subir les effets mémétiques. Un test est alors effectué impliquant un membre du personnel de Classe-D anciennement affilié à l’Insurrection du Chaos, principal suspect dans cette affaire.
Les résultats sont positifs : le sujet parcourant la plupart des expériences sans contracter d’effets néfastes ou alors, largement diminués. Encouragée par les résultats, la Fondation demande alors au sujet de lire les passages encore non récupérés ou incomplets concernant les objets anormaux.

C'est un échec : le sujet subit une violente crise d’épilepsie qui cause des dégâts irréversibles à son cerveau. Souffrant d’un trouble mental sévère, le sujet se trouve dans l’incapacité de parler et d’agir seul. Il est alors éliminé.

Ce test a pour autant permis de mettre en évidence que SCP-XXX-FR possède comme un système d'habilitation limitant l'accès à son contenu. Il semble effectivement capable de détecter le lecteur et donc d'adapter ses protections en fonction de son profil. Ce contrôle est plus au moins important selon la sensibilité des informations lues.
Ainsi il est supposé que seule une personne ayant une hiérarchie importante ou un poste particulier au sein de l’organisation liée puisse accéder de manière illimité à SCP-XXX-FR. De par la date de l’objet, la plupart sont sûrement aujourd’hui décédés, scellant le secret de SCP-XXX-FR à tout jamais.

Néanmoins cette observation a permis d’affirmer de manière quasi certaine la responsabilité de l’Insurrection du Chaos quant à cet objet et aux expériences renseignées.

Après des recherches plus approfondies, d'autres éléments allant dans ce sens ont pu être établis.

Addendum #XXX-FR-3 : Incident #XXX-FR-1.


Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License