Cheydinn
notation: 0+x

Objet # : SCP-XXX-FR

Niveau de menace : Orange

Classe : Euclide

Procédures de confinement spéciales :

SCP-XXX-FR doit être conservé dans une cellule de confinement classique du site ██
constituée d'une salle pourvue d'un sas hermétique de décontamination. Le vecteur de transmission utilisé par SCP-XXX-FR est à ce jour inconnu. Toute personne ayant été en contact avec l'artefact doit être placée sous surveillance en camisole de force dès la fin de l'interaction ou à la demande du personnel qualifié en présence. Il est possible d’interagir avec l'encadrement de SCP-XXX-FR sans encourir aucuns problèmes connus à ce jour, bien que l'on puisse considérer que cet entourage fait partie intégrante de l'artefact.[Voir rapport d'expérience n°2]. Toute expérimentation sur SCP-XXX-FR doit recevoir l'autorisation préalable d'au moins deux (2) membres du personnel de Niveau 3. Il est préférable d'utiliser du personnel de classe D défaillant dans le cadre de l'observation des effets de l'objet sur un sujet humain. Toute personne ayant appris l’existence de l'objet doit être prévenue, il ne faut tenter en aucuns cas d’interagir avec l'entité, de plus il est toujours possible que son influence soit plus puissante que nous l'imaginons.

Description :

Le SCP-XXX-FR est un tiroir de bureau classique de dimensions trente-sept (37) centimètres de longueur et dix-sept (17) centimètres de largeur pour une profondeur de quarante-cinq (45) centimètres. Il est indissociable du bureau pour lequel il semble avoir été conçu à la base. La totalité de l'entité est composé de plaque de contreplaqué recouvertes de peinture blanche industrielle. Il a été retrouvé après qu'une équipe d'investigation cherchant à résoudre un suicide ait fait appel aux forces spéciales. L'agent ████ a été appelé pour intervention sur le terrain, et a été témoin d'une scène qui le choqua profondément. Dans les jours suivant il fut placé dans diverses séances de thérapie. L'artefact en son état comportait alors un équipement classique de comptable, bien que l'on puisse noter au-dessus du tiroir de gauche, une note blanche présentant un haut degré de radioactivité.

Le SCP-XXX-FR ne devient dangereux que lors de l'observation de son contenu[Voir rapport d'expérience n°2], lorsque le sujet est exposé, nommé à partir de cet instant SCP-XXX-FR-1 il est victime d'une suite d'événements menant toujours au suicide. Lorsqu'il ouvre SCP-XXX-FR, SCP-XXX-FR-1 trouvera une effigie de chairs le représentant, toujours d'une façon mutilée et tordue. Instantanément, SCP-XXX-FR-1 entrera dans un état catatonique pendant une durée exacte de cinq (5) secondes suivi d'une excitation et d'une série de mouvement saccadé qui semblent forcées au corps du SCP-XXX-FR-1, tant les os et les tendons craques et se rompent. Le seul but de ces actions semble être de rendre le sujet aussi conforme que possible à l'effigie. Il est important de noter que tant que le SCP-XXX-FR n'est pas refermé puis ré-ouvert, l'effigie de SCP-XXX-FR-1 reste observable. Des analyses ont montré que le contenue de SCP-XXX-FR est composé de chairs de peaux et d'os portant le même ADN que SCP-XXX-FR-1. Si l'effigie est retirée de SCP-XXX-FR, elle commencera a se liquéfier, puis s'évaporera totalement sous forme de vapeur d'eau environs douze (12) minutes après son extraction. Après deux (2) heures d’inactivité, SCP-XXX-FR se referme de lui-même.

Rapport d'expérience XXX-1, 09/01/2016: Première et dernière tentative d'exposition d'un classe-D au SCP-XXX-FR.
Le classe-D 5478 ne porte aucun équipement spécifique, hormis un un micro-cravate lui permettant de répondre aux chercheurs, qui lui transmettent leurs instructions via haut-parleurs, présent dans la salle. Le moment où entre le classe-D, et le début de l'expérience correspond à λT=0, , le moment a partir duquel les chercheurs ont jugé le sujet sous l'effet de SCP-XXX-FR correspond à ♦T=0. L'expérience commence à 15H16.

λT=0 ΩT= -40: D-5478 pénètre dans la chambre de confinement et s'approche du bureau comme il le lui a été demandé.
λT=30 ΩT= -10: D-5478 ne semble pas subir d'altération de comportement, hormis un rapide bâillement qui a été jugé ordinaire par le chercheur. Le classe-D est sommé d'ouvrir le tiroir de droite.
λT= 40 ΩT= 0:Le classe-D ouvre le tiroir et s'immobilise soudainement. Les caméras permettent l'observation du contenue du tiroir. On peut y voir le classe D vêtu des même vêtements, les deux jambes retournées à l'encontre du sens articulatoire du genou, l'avant-bras à demi-arraché, et la mâchoire inférieure plantée dans l'occiput frontal.

Docteur XXX : "Classe-D 5478 que se passe t'il? Répondez."
*Aucune réaction dans les cinq (5) secondes qui suivent*

λT= 45 ΩT= 5: Le classe-D 5478 attrape violemment sa mâchoire inférieur et effectue une force traction sur le membre susdit. Les sons émis indiquent que la mâchoire est sur le point d'être arrachée. Dans le même temps le sujet se place à genou sur le sol

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License