Brukas

Bonjour et bienvenue sur la sandbox de Brukas !

Pour éviter toute perte de votre précieuse vue veuillez suivre ces quelques conseils

-Plissez les yeux
-Baissez la luminosité de votre écran
-Ne relisez pas 2 fois le même mot

notation: 0+x
notation: 0+x

Objet # : SCP-XXX-FR

Niveau de menace : Indéterminé

Classe : Euclide

Procédures de confinement spéciales : SCP-XXX-FR et SCP-XXX-FR-A doivent être entreposé dans une boîte de 1x1x1m en béton armé, celle-ci doit être fermée à l'aide d'un cadenas et la clé donnée au chercheur s'occupent de SCP-XXX-FR. La boîte n'a pas besoin de protection supplémentaire tant que la température ambiante de l'entrepôt ne dépasse pas les 40°C, si ce cas viendrait à se produire, retirez SCP-XXX-FR-A sans entrer en contact avec SCP-XXX-FR puis remplissez la boîte d'un liquide refroidit afin d'arrêter la réaction anormale de SCP-XXX-FR qui était provoqué par la chaleur. Après le retour d'une température globale en dessous de 25°C, vérifiez si SCP-XXX-FR est bien à 0°C puis retirer le liquide afin de pouvoir reconfiner SCP-XXX-FR et SCP-XXX-FR-A

Description : SCP-XXX-FR est un fer à marqué datent du 18e siècles en métal oxydé représentant une fleur de lys épineuse . Celui-ci a était retrouvé dans la maison d'un ancien propriétaire de champ de coton en Amérique .
Un cahier de notes (SCP-XXX-FR-A ) a aussi été trouvé à l'endroit où ce trouvait SCP-XXX-FR , on peut lire à l'intérieur des noms à consonances universelles telles que des noms africain, européen et asiatique laissent pensé à plusieurs entités semblables à SCP-XXX-FR .
Lorsque SCP-XXX-FR est chauffé, sa température grimpe assez vite malgré le moyen utilisé . Dès que le fer brûlent entré en contact avec un être vivant ( peu importe son origine / race / sexe / âge / religion) celui-ci disparaît en un petit flash et son nom apparaît dans SCP-XXX-FR-A suivi de sa date d'arrivée et de décès . Les entités touchées par SCP-XXX-FR se retrouvent "téléporté" dans les années 1700 dans une plantation de cotons aux États-Unis en tant qu'esclave, les sujets envoyés se sentent obligés de travailler et ne pensent pas à la fuite.

Lors de son arrivée, le sujet arrivera entièrement nu .
Des personnes nommées SCP-XXX-B , habillez d'un pantalon en toile de jute et une fleur de lys épineuse marqué sur l'épaule arriveront avec un bas puis amèneront vers sa "case" faite en bois .
Après cela le sujet se sentira oppressé par une force invisible qui le forcera à travailler dans les champs de coton .
Vers 22h toutes les entités appelées SCP-XXX-B iront dormir dans leur "case" et se lèveront le lendemain à 6h pour partir travailler, ils n'ont pas l'air de devoir s'alimenter.
Une fois que le sujet aura passé ses 2 premiers jours, celui-ci n'aura plus besoin de s'alimenter et ne se plaindra plus de sa condition, le sujet sera alors renommé SCP-XXX-B .

Addendum :

Rapport de recherche :Après la récupération de SCP-XXX-FR et de la connaissance de ces effets, une fouille archéologique fut organisée, le propriétaire du lieu donne son accord..
Après quelques semaines, un caveau rempli d'ossement (a priori une fosse commune) fut découvert à l'Est de la plantation. Après recherche ADN, certains des ossements correspondaient avec certaines classes D touché par SCP-XXX-FR.
Après plus ample fouille, une note fut retrouvé sur l'une des classes D, certaines parties illisibles à cause de l'état du papier :

Daniel Vambert
Le 24 juin 20██ (ou 17██ d'après les gens d'ici)

Cela va faire quelques jours que je suis arrivé ici, je ne pense pas que je vais sortir d'ici un jour, je n'ai pas mangé depuis mon arrivée et pourtant je n'ai plus faim, au début j’ai essayé de m'enfuir, je n'ai vu aucun gardien mais pourtant c'est comme si quelques choses m’oppressaient, le seul moment où je ne ressens pas cette forme d’oppression, c'est quand je suis dans ces petites cabanes en bois.
Quand je suis arrivé ici, je suis arrivé nu, puis des hommes sont arrivé et m'ont ramené jusqu'à ma "nouvelle maison", puis ils m'ont habillé comme eux, avec un simple pantalon. Après ça ils m'ont amené au champ pour que je travaille.
Au début c'était insupportable, puis au bout de 3 jours, cela devient presque un automatisme, j'ai remarqué que toutes les autres personnes ici avaient aussi une fleur de lys marqué sur leur corps. Nous étions [la suite de la lettre est illisible]

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License