Breche de confinement 682-[CENSURE]

Les alarmes resonnaient dans tout le site.
C'etait l'heure.
On l'entendait frapper.

Les troupes s'organisaient. Elles tremblaient de peur.

Ca y est, Il etait entrain de monter, inexorablement.
Il avait tue tout le personnel en bas.

"BRECHE DE CONFINEMENT SCP-682 NIVEAU 2 ALERTE CODE SANG BLEU"
hurlaient les haut parleurs.

"Ecartez vous."
Cette voix. Inconnue, mais inspirant suffisement de determination pour que la cohorte de 50 soldats sur entraines s'ecartent du mieux qu'elle put pour laisser passer,,,

C'etait un petit homme androgyne,
Il avait l'air assez jeune, mais sa feminite pouvait tromper.
Son regard en disait bien plus long, Il n'en n'etait pas a sa premiere breche SCP.

Il s'avanca de quelques pas vers l'ascenceur, il se trouvait a moins de 20 metres de la porte.

Les bruits de griffe remontant le conduit approchaient. On l'entendait respirer.
Ca y est.

"Restez en arriere, dit l'homme. Ne tirez pas."

Les gardes aux manettes des quatres mitrailleuses lourdes solidement fixees au sol transpiraient sous leur casque.

"BRECHE DE CONFINEMENT"
Repeta finalement le haut parleur, comme pour souligner l'evidence.

"Bonsoir Mademoiselle Paradigm…"

Ce qui glaca le sang des agents presents, deja terrifies alors, ne fut pas la presence de cette horreur a seulement quelques metres d'eux, ni meme qu'il connaisse cette personne, mais qu'il lui avait temoigne de la politesse. Ils ne savaient plus de qui avoir peur.

"Bonsoir 682"

Ce dernier lui sauta dessus.

Akasha Paradigm se contorsionna en un eclair et esquiva les 500 kilos de griffes et de dents qui s'elancaient vers elle. 682 rebondit sur les gardes, ne leur preta pas attention et relanca son assaut.
Cette fois ci, Paradigm lui assena un coup qui le devia dans sa course.

682 reprit son souffle. Il n'etait pas sortit depuis des lustres. Son corps avait mis une bonne demi-heure a se remettre de son confinement en immersion dans une cuve d'acide. Il exultait.

Les deux tournaient dans la piece, se jaugeant l'un l'autre, attendant un moment de faiblesse.

Le plus "humain" des deux brisa le silence.

"Je savais que tu finirais par tenter a nouveau de t'echapper."

682 ne repondit pas.
"La derniere fois etait un fiasco je crois?"

"N'etais tu point present?"

"Tu n'es que du menu fretin. Si je suis la aujourd'hui, c'est que je n'ai rien de mieux a faire."

"Tu m'en veux pour ce que je lui ai fait subir?"

Elle ne repondit pas.

"J'ai prit mon temps pour briser chacun de ses os, apres qu'il ai briser les miens."

"Il s'en est remis." dit Akasha d'un ton sec.

"Tout comme moi." Conclu 682 avant de se jeter sur elle.

Alors les gardes toujours tetanises assisterent a un combat de titans dans un corridor de 10 metres.
Il etait clair que cette "Paradigm" n'etait pas un simple humain.
Et elle ne l'etait pas.

Apres quelques autres minutes de combat sanglant, les combattants reprirent leurs positions.
Des membres de 682 gisaient un peu partout, son sang recouvrait le sol.
Akasha avait une griffure sanglante sur le visage.

"Force de confinement, preparez vous a bouger."

Ils sursauterent.

"Ni toi ni eux ne pourront m'empecher de sortir d'ici."

"C'est certain. Ton ami m'a donne ca,,,"

Paradigm lacha la dague que personne n'avait remarque et sortit des replits de son manteau un objet noir.
Une epee en fait, aussi noire que le vide sideral.
682 eu une reaction de recul.

Dans leur configuration, Akasha se trouvait entre la cohorte et la creature, lui blocant l'acces a la surface.

D'un bond elle planta l'epee profondement dans 682, le blocant au mur d'une facon incomprehensible. Il ne pouvait plus bouger, mais au vu de la facon dont il remuait, ca n'allait pas durer. Il essayait visiblement de decouper ses chairs pour se liberer.

Akasha tourna les talons.

"Inutile" lui lanca 682.

Akasha s'immobilisa a mi chemin vers les soldats qui se demandaient si ca allait etre leur tour.
Il porta son poignet a sa bouche.

"Commande vocale, acces Paradigm. Activer protocole de confinement final 682."

Elle fit encore quelques pas et les haut parleurs se mirent a hurler de nouveau.

"ALERTE. PROTOCOLE TERMINAL 682 ENGAGE. ODRE DIRECT O5 DETONATION DANS 90 SECONDES."

"On se revera 5-1…"

"A la prochaine oui." repondit elle d'un ton lege, peut etre sarcastique, puis aux soldats:

"Ne restons pas."

Ils s'ecarterent pour laisser passer O5-1, et lui emboiterent le pas prestement. D'abord parceque la zone allait saute dans 80 secondes, et parceque personne ne voulait rester en arriere, au plus proche de 682 qui se debatait toujours.

A leur passage, les portes anti souffle se refermaient, ettoufant peu a peu les hurlement de rage de 682.

Arrive a la surface, l'equipe en charge de la surveillance informa O5-1 que le lezard avait finalement reussit a se liberer et qu'il s'acharnait maintenant sur le blindage.

"Detonation dans 3 secondes!" dit quelqu'un.

Une secousse terrible mit tout l'assemblee a terre.
Les cameras etaient detruites.

"Reconfinez le." Dit finalement O5-1 avant de quitter le batiment vers l'air libre.

O5-1 regarda le paysage qui s'offrait a lui.
Dix autres structures de confinement identique a celle dont il sortait.
Bientot des equipes de securite iraient recuperer la depouille encore vivante de 682 et l'enfermerait dans une autre cuve, dans un autre complexe souterrain.
Il se demandait si 682 se doutait que peu importe le nombre de cuve dont il s'echaperait, une autre, mieux gardee et remplie d'un acide plus corrosif encore l'attendait. Comme il l'avait dit plus tot, ce lezard n'etait que du menu fretin compare a ce avec quoi il devait traiter chaque jour.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License